Stoner de John Williams 4


 

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler de l’une de mes lectures coup de cœur. Le genre de lecture que vous ne voulez pas terminer, celle qui vous transporte dans la vie d’un autre et que vous savourez jusqu’à la dernière page. Stoner. Ce roman a été écrit par John Williams en 1965. Plus récemment , en 2011 il a été réédité et traduit par Anna Gevalda.

DSC_0030

L’histoire se déroule au début du XX ème siècle dans le Missouri. Fils de fermiers, William quitte la ferme familiale à dix-neuf ans. Ses parents mettent toutes leurs économies dans ses études en agronomie, dans l’espoir qu’il revienne mieux armé pour prendre soin de leur terre. Rapidement, William va se passionner pour la littérature anglaise et décide de changer d’orientation. Il finit par avoir son doctorat et entame une carrière de professeur au sein de l’Université de Colombia.

Quand éclate la première guerre mondiale, William décide de ne pas s’engager. L’Université apparaît comme un abri face au monde extérieur. Il rencontre ensuite Edith Bostwick, une jeune fille de bonne famille qu’il décide d’épouser. Dès leur nuit de noce, leur relation tourne au cauchemar et Edith n’hésite pas à lui pourrir la vie. Elle donne naissance à une petite fille, qui rapidement, est tiraillée entre la folie d’une mère et l’amour d’un père. Un homme doux et sensible qui n’a que la littérature pour échapper aux tumultes de sa vie.

J’ai eu une tendresse incroyable pour cette homme qui a vécu sa propre vie comme un étranger : professeur frustré, père meurtri, époux raté. Stoner a passé sa vie à attendre, attendre sans espoir que la vie passe.

Bonne lecture,

Imène.

DSC_0033

 


Laisser un commentaire

4 commentaires sur “Stoner de John Williams

    • helloimene Auteur du billet

      Avec plaisir Leaureine. J’espère que tu l’apprécieras ! En tous cas j’ai adoré. Ça faisait longtemps qu’un livre ne m’avait pas autant touché.

  • Leaureine

    Me revoilà !
    J’ai beaucoup aimé même si, à mes yeux, cet homme n’à pas attendu que sa vie passe.
    Il l’a vécu. Simplement. Comme elle venait. Il a fait des choix et à dû les assumer. Il a aussi eu une bonne part de non-choix qui se sont imposés à lui.
    Je pense qu’au delà du siècle qu’il a vécu, au delà de son histoire particulière, cet homme n’est ni plus ni moins que l’un de nous. Nombre d’entre nous ne laisseront pas de traces indélébiles dans l’histoire. Peut-être chez nos petits enfants…mais au-delà ?
    Nous serons comme lui. Avec un peu plus de joie au cours de notre route j’espère !
    Merci de m’avoir recommandé ce livre !

    • helloimene Auteur du billet

      Je suis contente que tu aies aimé ce livre. Je ne vais pas mentir, j’ai même versé quelques larmes à la fin tellement je me suis attachée au personnage.
      Je ne sais pas .. j’ai souvent eu envie de le « secouer », notamment quand sa femme lui faisait vivre un enfer et lui interdisait de construire une relation père-fille. Pas toi ? J’ai eu l’impression qu’il ne s’est pas « battu » !
      Après, je suis d’accord avec toi, comme lui, nous ne laisserons pas forcément de traces dans l’histoire !

      Merci pour tes retours en tous cas 😉